Return to site

ISF : ou en est-on avec la réforme d'emmanuel Macron ?

· Investisseurs

Mesure phare du programme d'Emmanuel Macron, l'IFI ou Impôt sur la Fortune Immobilière devrait remplacer dès 2018 l'Impôt Sur la Fortune (ISF). Quels changements attendre de cette réforme et quelles conséquences pour l'investissement dans les PME innovantes ?

Un impôt recentré sur la pierre

Actuellement, les contribuables assujettis à l'ISF sont imposés sur la base de leurs biens mobiliers (meubles, voitures...), les placements financiers tels que les actions, obligations, plans d'épargnes, titres de sociétés, assurance vie...) ainsi que les actifs immobiliers.

Avec l'IFI, seul le patrimoine immobilier serait désormais taxé, ce qui permettrait une économie substantielle à toutes les assujettis à l'impôt.

Avec cette mesure, Emmanuel Macron a pour objectif de rediriger l'épargne des ménages vers l'économie réelle et de favoriser l'investissement et le financement de nos entreprises.

 

[FOCUS] Tout ne changera pas avec l'arrivée de l'IFI, à savoir :

  • le seuil d'imposition de 1,3 millions d'euros
  • le barème de 0.5 à 1,5%
  • l'abattement de 30% sur la résidence principale

 

Qui gagne dans l'histoire ?

A priori, tout le monde, car tous les imposables sur la fortune devraient voir une baisse sur leur facture. Bien sûr, ceux dont la structure du patrimoine est en majorité composée d'actifs mobiliers seront largement favorisés. Et ce ne sont pas les plus petits contribuables à l'ISF, soyons honnêtes.

Mais l'objectif est d'encourager ces derniers à investir une plus grande partie de leur épargne dans les entreprises et ce type de placement est très fortement risqué.

Quel impact pour les PME innovantes ?

Jusqu'à présent, les investisseurs pouvaient déduire de l'ISF les montants investis dans les PME innovantes à hauteur de 50% et dans une limite de 45 000€. Un abattement qui est indispensable pour accompagner la prise de risque très élevée pour ce type d'investissements (surtout quand on sait qu'en moyenne 9 investissements sur 10 sont voués à l'échec...)

On peut donc légitimement se demander si la réforme est pertinente ou surtout suffisante pour pouvoir bénéficier en retour aux entreprises innovantes.

Cependant, il est toujours possible de déduire 18% des montants investis de l'impôt sur le revenu. Relever ce plafond pourrait d'ailleurs être une piste à explorer pour pallier à la suppression de l'abattement fiscal sur l'ISF...

Investisseurs, vous êtes loin d'être à court d'options ! Vous pouvez aussi choisir de défiscaliser la plus-value réalisée lors de la sortie d'une participation via un compte PEA ou PEA PME !

Armelle Callandraud

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly